TestsXbox One

Défaite ou victoire pour Gearbox avec le test de Battleborn ?

Lorsqu’un jeu développé par Gearbox Software est annoncé, difficile de savoir à quoi s’attendre pour la sortie du jeu. Pour certains le studio est uniquement à l’origine des Borderlands, RPG mélangé avec du FPS. Pour les autres, ce sera surtout les échecs comme Alien Colonial Marines et le tant attendu puis descendu Duke Nukem Forever.

Alors, Battleborn restera-t-il dans le souvenir des gamers pour cette génération de console ? C’est parti pour le test!

Jaquette Battleborn Xbox One
Test réalisé avec une version personnelle
  • Date de sortie : 03 mai 2016
  • Editeur2K
  • DéveloppeurGearbox Software
  • GenreFPS
  • Prix : 69,99€
  • PEGI : +16
  • Disponibilité : Version physique et dématérialisée (19,69Go)

De quoi ça parle Battleborn ? Y a une histoire ?

Quel est au juste le pitch de Battleborn ? Le joueur joue en vue FPS et incarne des combattants de factions différentes avec des compétences, des armes et des attributs variés. Il devra triompher en coopération dans le mode campagne ou dans le mode versus en battant ses adversaires IA ainsi que d’autres joueurs. En somme, rien de nouveau. Mais n’oublions pas que Gearbox sait nous concocter un univers fun et délirant.

Cette fois ci avec Battleborn, l’univers n’est plus malsain et vous n’êtes plus seul face aux timbrés qui ne reculent devant rien pour vous démembrer. C’est une bande de héros survitaminés aux pouvoirs extraordinaires qui lutte pour la protection de la dernière étoile de l’univers, qui est menacée par un mal mystérieux ! 5 factions regroupent un total de 25 combattants. Vous pourrez choisir la vôtre parmi : la République Pacificateurs Unis, les Eldrid, l’Imeperium Jennerit, les Last Light Consortium et les Renégats.

Vous connaissez maintenant les bases de l’univers de Battleborn. Evidemment, c’est une des premières choses qui m’a plu en découvrant le jeu. L’épilogue apprend au joueur à se servir des armes et des pouvoirs mais introduit surtout le début de l’histoire pour comprendre un peu ce qu’il se passe. J’ai trouvé également sympa une forme de BD mise à disposition sur le site du jeu qui raconte les événements qui se sont déroulés durant les heures précédant le prologue, c’est vraiment sympa ! Alors tu peux aller lire la BD de Battleborn.

Ils sont nés pour se battre ?

Les Battleborn sont donc tous les héros combattants pour sauver l’univers. Un peu à la façon des Gardiens de la Galaxie, chacun à sa particularité, son histoire. Des animaux, des samouraïs, des plantes, des méchas… Chaque joueur peut choisir son champion préféré pour se battre et défourailler à tout va. Mais le but est tout de même de faire évoluer son (ses) personnage (s) pendant une partie grâce à l’Hélix et avec le commandant qui gère les Battleborn en dehors des parties également. Pour le poste de commandement du commandant nous verrons cela un peu après, parlons déjà de l’Hélix et des combattants en individuel.

test-battleborn-xbox-place-helix

Le système d’Hélix est instauré dans toutes les parties et pour tous les Battleborn. C’est le level up en cours de jeu qui permet de passer du niveau 1 au niveau 10, de choisir les augmentations en fonction des maps et des champions alliés et ennemis. Il est possible de débloquer 5 mutations par personnage permettant de choisir une évolution supplémentaire. En fait, l’Hélix est l’ADN évolutif de votre combattant à chaque partie. En plus de pouvoir d’aller jusqu’à 10 niveaux toutes les parties, les Battleborn augmentent de niveau à chaque fin de match coop ou versus, pour arriver au level maximum, le 15e.

Les débriefs de fin de parties récapitulent tout ce qui est accompli au cours de ces dernières. Et c’est clair qu’il y a de quoi faire ! Il y a une tonne de défis à réaliser avec plusieurs rangs à passer (pour chaque combattant évidemment), des récompenses comme des crédits, de l’XP et des points de commandement. Les défis réalisés offrent au joueur un choix supplémentaire pour débloquer de nouveaux Battleborn, de nouvelles provocations, mais aussi quelques crédits et XP.

test-battleborn-xboxplace-image1

Les crédits permettent d’acheter/gagner des packs de matériels. Il est possible de gagner des packs à chaque niveau de commandement atteint ou de gagner directement du matériel pendant les parties. Comme dans tous les jeux avec des packs booster, l’achat in game se fait avec les crédits du jeu. Et l’achat avec de l’argent réel n’est pas possible ! Pour une fois que l’on ne prend pas le joueur pour une machine à cash, c’est vraiment appréciable. Les packs butin vont du plus commun au matériels les plus rares, et les plus cher, mais proposent également des packs butin spécifiques aux factions. Idéal pour tenter de récolter une apparence ou une provocation sans réussir les défis.

Si on sauve l’univers, on fait quoi après ?

Déjà pour sauver l’univers avec les brutasses que sont les Battleborn, il sera nécessaire de vaincre le super méchant et réussir les 8 missions de campagne. Deux niveaux de difficulté, normal et avancé, et pour chacun d’entre eux, un mode extrême. Le mode extrême retire aux joueurs la possibilité de réapparaître. Au cours des missions, qui sont réalisables en solo ou coop, c’est 5 joueurs maximum qui devront résister à des vagues d’ennemis, protéger et escorter des cibles en mouvement ou encore affronter des boss bien balèzes. Plus le joueur avance dans les missions, plus elles sont longues et dures (les missions, rien d’autre). Les missions sont rejouables à l’infini.

test-Battleborn-xboxplace-attaque

Le mode versus est une alternative au scénario de Battleborn. 3 modes de jeux avec 6 maps sont disponibles pour des affrontements en 5vs5.

  • Le mode conquête : emparez-vous des collecteurs ennemis tout en protégeant les vôtres sur les maps Temples et Outback ;
  • Le mode incursion : il faut détruire le maximum de sentinelles ennemies dans le camps des adversaires sur  les maps Prolifération et Echelon ;
  • Le mode fusion : évitez de vous faire tuer par un Magnus déjanté en sacrifiant des sbires en son nom sur les maps Paradis et Vague de Froid.

Que ce soit en mode campagne ou versus, chaque partie rapporte des crédits de commandement. Le niveau de commandement débloque de nouveaux colosses et de permet gérer le matériel. Plus le niveau de commandement augmente et plus vous pesez dans le game en fait.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Gearbox s’est loupé ou pas alors ?

Pour moi non. Gearbox Software a rempli son pari de proposer un jeu avec un univers comme ils savent nous en proposer, plein d’humour mais surtout assez sérieux et dans lequel on se sent très vite attiré. Une petite trentaine de personnages plus loufoques et attachants les uns que les autres. Et on prend du plaisir à les découvrir au cours des 8 missions de campagne ou en affrontement dans les 3 modes versus. Pour certains, le contenu peut sembler faible avec une durée de vie courte. Je suis d’accord, mais le coeur du jeu est la coop et la rejouabilité, tel un Rainbow Six Siege ou un Star Wars Battlefront. La possibilité de jouer en écran splitté est un vrai plaisir !

Le team play dans Battleborn est important, mais non pénalisant si 2/3 guguss font les lonewolfs. Comme il est possible de faire évoluer ses personnages et de les booster avec des packs de butin, les plus fainéants ou les moins érudits ne gêneront pas la progression.

En bref, Battleborn est donc une belle surprise, et nous montre qu’un studio comme Gearbox peut nous développer de très bon jeux. Reste que le prix de 70€ environ pourra rebuter les gamers n’aimant pas trop que la rejouabilité soit le mécanisme principal d’un jeu.

Ce qui me plait dans Battleborn : Ce qui me déplaît dans Battleborn :
  • Un grand nombre de combattants
  • Un bon gameplay et une difficulté bien gérée
  • Excellente durée de vie grâce à la rejouabilité
  • Jouer en écran splitté
  • Un univers vraiment cool pour le scénario…
  • Seulement 8 missions principales
  • Quelques bugs mineurs
  • Certaines maps mal organisées

Je vous laisse avec une vidéo présentée par Oscar Mike. Vous serez incollables sur Battleborn, développé par Gearbox Software. Donc pas la peine de nous dire :

Battelborn, Overwatch, c’est pareil pour moi.

Ou alors

J’ai entendu parler de Battleborn, mais j’y comprends que dalle

Tags

VinceTheVice

Fervent défenseur des jeux vidéo en plus d'être un réel passionné depuis plusieurs dizaines d'années. Sans être un "ménestrel", Vince partage singullièrement ses passions grâce à internet en tant que rédacteur sur XboxPlace.fr… Il publie aussi depuis 2009 des vidéos consacrées aux testx jeux vidéo et matériels sur Dailmymotion et Youtube. Autres pseudo : VinceTheVice, Bebette_Show. Gamertag : Mr VinceTheVice.

Articles en relation

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  VinceTheVice, il y a 3 ans et 5 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Close

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer