Test de la Communauté

Elex : un Avis de la Communauté par Nico Medic

Elex est un RPG développé par Piranha Bytes et qui est sorti le 17 octobre 2017. Il semblerait que l’accueil critique de cette nouvelle licence fut … comment dire ? Disons qu’elle a eu droit à un beau lynchage en règle par la presse mais aussi par certains joueurs. Avant de vous donner MES sentiments et ressentiments, une présentation sommaire du jeu s’impose.

Elex est un jeu en monde ouvert se situant sur la planète Magalan. Malheureusement, cette dernière s’est pris une énorme comète sur le coin de la tronche, tuant une bonne partie de ses habitants. Tandis que les derniers humains tentent de survivre, ils constatent que ce caillou céleste a fait apparaitre une substance bleue qu’ils nomment Elex. Ceux-ci vont l’utiliser de différentes manières et, ainsi, se diviser en plusieurs factions :

  • Les Bersekers transforment l’Elex en mana afin de produire de la magie
  • Les Clercs utilisent l’Elex pour faire fonctionner leur technologie
  • Les Hors-la-loi produisent différentes drogues grâce à l’Elex
  • Les Albes préfèrent l’ingérer, devenant des êtres pâles et totalement privés d’émotions.

Concrètement, vous ne pourrez rejoindre que l’une des trois premières factions car votre personnage, nommé Jax, est issu des Albes. En effet, celui-ci a été trahi par ses frères d’armes et vous allez devoir parcourir Magalan pour rechercher la vérité.

Fabrication d’un Héros !

La nouvelle licence de Piranha Bytes est un RPG assez basique dans ses mécaniques de jeu. Vous vous battez, résolvez des quêtes, et, de cette façon, vous récoltez de l’expérience qui fait monter votre niveau … Cela vous donne des points que vous devrez redistribuer dans différentes compétences, somme toute classiques, comme votre constitution, votre force ou encore votre dextérité.

Mais vous aurez aussi à développer quelques capacités comme tout ce qui aura attrait à votre personnalité, votre ruse ou votre survie, entre autres. Là où ça se complique, c’est que vous devrez accomplir des critères bien précis pour pouvoir réussir : avoir assez d’argent ou de ressource, avoir un certain nombre de point dans telle ou telle compétence mais surtout, vous allez devoir trouver un entraineur pour chaque type de capacité.

Ne prenez pas cette tâche à la légère car ces aptitudes vous permettront de vous renforcer, de débloquer des bonus de combat et même d’influencer les différentes conversations que vous aurez avec des PnJ. En effet, le jeu bénéficie de dialogues à choix multiples et, selon vos réponses et vos décisions, cela peut avoir un impact sur l’histoire. Par exemple, certains PnJ se souviendront de ce que vous leur aurez dit et sauront vous le rappeler au moment voulu. En résumé, ne faites pas de promesse que vous ne pourrez pas tenir !

Nouvelle licence, ancien gameplay ?

Côté graphisme, difficile d’être dithyrambique à propos d’un jeu comme Elex. La direction artistique est soignée. Le travail effectué sur les ombres et les lumières est plutôt bon et certaines vues sont impressionnantes. Néanmoins, il y a parfois un brouillard qui occulte certains paysages. On devine sans mal une petite supercherie technique pour limiter la profondeur de champ, afin d’éviter que le jeu ne rame trop. Malheureusement, c’est raté, le jeu peinant à afficher certains éléments de l’environnement.

Enfin, que serait un RPG sans ses combats. Ceux d’Elex utilisent un système classique de coup rapide et de coup puissant qui, portés contre l’ennemi, rempliront une jauge pour vous permettre d’utiliser un coup spécial. Le but recherché étant d’enchaîner ces coups afin de produire de puissants combos. A noter que vous serez également équipé d’un jet pack très tôt dans votre aventure. Celui-ci s’avéra utile pour explorer et grimper à des hauteurs parfois inaccessibles, pratique quand il s’agit d’échapper à quelqu’un de bien plus puissant que vous …

Faux combat, vrais défauts et raptor lubrique !

Maintenant que les présentations sont faites … (Ok, j’avais écrit plus haut qu’elles seraient sommaires, pardon, pardon) … que penser du nouveau jeu de Piranha Bytes? Vous connaissez surement ce studio basé en Allemagne. Les plus jeunes se rappelleront de la trilogie Risen, les plus vieux, de la trilogie Gothic, sortie au début des années 2000. Le studio allemand a pour habitude de développer des licences possédant une mécanique de jeu complexe et difficile, faisant fuir une bonne partie du grand public. Même si Piranha Bytes prend le pari d’un monde plus ouvert que ses précédentes productions, survivre sur Magalan ne sera pas de tout repos.

Pour commencer, sachez que les ennemis ne possèdent pas de level scaling. Du coup, fuir sera probablement votre première ligne de défense car, malheureusement, ce n’est pas le système de combat, lourd et disgracieux, qui vous permettra de survivre dans de bonnes conditions. La cause ? Les développeurs ont eu la délicate attention de régir toutes nos actions d’attaque avec une barre d’endurance qui, une fois vide, nous empêche … de combattre. Il faut donc, le temps qu’elle se remplisse à nouveau, esquiver et parer les coups adverses mais cette technique va très vite se retourner contre vous, notamment s’il y plusieurs ennemis. En effet, vous parez ou esquivez ce qu’il y a devant vous. Si un raptor arrive par derrière et vous met une main au cul, vous allez le sentir passer ! Le résultat ? Des combats incohérents, saccadés et parfaitement dégueulasses. Bref, tout cela manque clairement de dynamisme et de fluidité.

Autre point noir, l’interface du jeu est affreuse, en plus d’être bordélique. Impossible de trier ses objets, le journal des quêtes est mal agencé et la carte n’est pas pratique. Les animations des personnages sont également à la ramasse et les sous-titres (le jeu est en VOST) sont placés en haut de l’écran … sur la tête de votre interlocuteur (le dev qui a réalisé ça mérite un châtiment corporel !). Mais au milieu de tous ces défauts, il reste un bon scénario (qui, sans être exceptionnel, est bien plus qu’une simple histoire de vengeance), un codex fourni et une grosse dose d’exploration. Car nous avons ici le maitre mot de Elex … EXPLORER !

Rendez-vous en terre inconnue !

Comme écrit en préambule, Magalan est régit par quatre factions, toutes possédant leurs territoires parsemés des ruines et symboles de l’ancien monde, avant que cette comète ne ravage tout. Ainsi, la région d’Edan, ou évolue les Berserkers, est verdoyante et possèdent de nombreuses ruines comme des anciens quartiers d’habitation et des usines. La région des Hors-la-loi, Tavar, est un désert qui rassemblait des installations militaires et une ancienne usine hydro-électrique. Ignaton, la zone des Clercs, est proche du lieu de l’impact de la comète et semble propice aux tremblements de terre et aux éruptions volcanique. Le monde de Magalan est ouvert, au sens propre du terme. Il n’y a aucune restriction de circulation, peu importe votre niveau.

Chaque zone possède son lot de découverte et de personnages avec qui vous pourrez avoir de très longues conversations, débouchant parfois sur une quête. D’ailleurs, celles-ci sont nombreuses et vous demanderont peut-être d’aller à l’autre bout de la carte. Dans les faits, Piranha Bytes force le joueur à sortir de sa zone de confort pour aller chercher de l’expérience et des ressources, indispensable si vous voulez créer des armes et armures, ou améliorer votre équipement et/ou votre personnage. Mais il faut aussi prendre en considération la difficulté des combats. Ce n’est pas parce qu’un PnJ vous demande de tuer un troll que vous devez y aller bille en tête. Ce jeu n’est pas fait pour un bourrin.

C’est d’autant plus vrai que vous aurez des choix scénaristiques à faire et il faudra bien réfléchir avant de valider votre réponse. Il faut étudier le terrain, avoir de la patience, de la logique et … une pointe de pragmatisme. Si vous êtes en difficulté, il est parfois plus simple d’attirer des monstres sur un petit campement et de les laisser s’entretuer. Les villageois seront probablement massacrés mais la jauge de vie des monstres aura fortement baissé et ils seront donc plus faciles à tuer. Bien sûr, vous pouvez aussi utiliser des méthodes un peu plus éthiques, hein ! Par exemple, en demandant de l’aide à vos compagnons ! Plus généralement, il s’agit de personnages que vous aurez aidé lors de votre aventure. Vous ne pouvez demander qu’à un seul acolyte de vous suivre pour une quête ou un combat. Malheureusement, il peut arriver que son utilisation soit synonyme … de mort, ces p’tits fumiers étant bogués. Du coup, il m’est arrivé plusieurs fois de combattre seul parce qu’un c****** n’avait pas jugé utile de retirer son épée de son fourreau. Pourtant, sans ces bugs, le système de compagnon pourrait sacrément faire la différence pendant un combat. Dommage. Ratage !

Verdict !

Finalement, Elex reste un bon divertissement dont l’apprentissage est difficile, certes, mais l’exploration y est prépondérante et la symbiose entre l’heroic fantasy, la science-fiction et le post-apocalyptique reste cohérente. Bien sûr, le système de combat est totalement raté, de même que l’interface, le moteur graphique peine à faire correctement son travail (à voir si c’est toujours le cas après l’optimisation pour la Xbox One X !) et de nombreux bugs jalonneront vos pérégrinations. Le premier chapitre du jeu étant très lent, vous devrez aussi avoir beaucoup de patience pour prendre vos marques et faire évoluer votre personnage. Elex possède également un semblant de rejouabilité, si, d’aventure, vous voulez refaire le jeu en intégrant une autre faction. En bref, ce n’est pas une nouvelle licence qui transpire l’excellence mais elle aura le mérite de combler les amateurs de jeux de rôle difficile et les nostalgiques de la licence Gothic. Au risque d’être frustrant pour les joueurs casual.

Pour terminer, je voudrais dire aux pré-ados à la toison pubienne naissante, ainsi qu’à certains « testeurs », que « faire un jeu de merde » est synonyme de mort pour un studio comme Piranha Bytes. En effet, nos amis allemands développent des jeux double A, ce qui signifie budget limité et équipe réduite. Ils n’ont donc aucune raison de développer une « bouse ». Elex est un RPG à l’ancienne qui ne vous prendra pas par la main pour vous dire quoi faire. Alors oui, c’est vrai, il a des défauts mais si pour vous, jouer à un RPG signifie que votre personnage, en difficulté super facile, doit passer du statut d’étranger à celui de « maitre de la guilde » au bout d’une dizaine de quêtes … il devient évident que ce jeu n’est pas fait pour vous !

Tags

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Rédaction Xbox Place, il y a 9 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Close

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer