NewsSpotlight

Le Xbox Game Pass : l’analyse (en exclusivité mondiale) de Jean-Michel Marketing

Enorme #BreakingNews en milieu de semaine, puisque, complètement au calme et sans crier gare, Microsoft a annoncé que désormais toutes les exclusivités développées par ses studios first party seraient disponibles dès leur sortie via l’abonnement Xbox Game Pass !! L’annonce a fait énormément de bruit et il semblait intéressant de se pencher sur le sujet avec un brin de recul et de tenter d’en tirer quelques points saillants.

C’est quoi déjà le Xbox Game Pass ?

L’annonce de ce service avait été faite le 28 février 2017, il y a donc un peu moins d’un an. Le principe de cet abonnement est simple : en s’acquittant de 9,99€ par mois, il est possible d’avoir accès à un catalogue d’une centaine de jeux. Ce n’est pas un service de streaming, mais bien un système via lequel il est possible de télécharger des jeux sur son disque dur histoire de pouvoir y jouer tant que celui-ci figure dans la liste des titres inclus dans le programme Xbox Game Pass.

En d’autres termes, à partir du moment où un jeu n’y est plus, vous n’y avez plus accès et dans l’hypothèse où vous ne l’auriez pas terminé, vous devrez l’acquérir en version physique ou dématérialisée afin qu’il vous appartienne. Dans ce cas, en cas d’achat sur le store, les abonnés au Game Pass bénéficient d’une réduction de 20% sur le prix affiché en ligne.

C’était pour qui à la base ?

Pour être honnête, très très peu de joueurs appartenant à nos réseaux respectifs se sont abonnés à ce service. Pour quelle raison ? Simplement parce-qu’ils n’étaient pas dans la cible ou ne se sentaient pas concernés. Effectivement, les « gros » joueurs achètent leurs jeux day one ou plus tard, mais achètent tous les jeux qui les intéressent. Ces derniers n’ont pas pu trouver l’offre intéressante dans la mesure où malgré le côté alléchant du concept, il reste difficile de payer pour quelque chose que l’on possède déjà.. Oui, le catalogue bien que complet et varié ne comprenait que des titres sortis il y a plus d’un an pour les plus récents d’entre eux.

Etaient donc plutôt visés initialement les joueurs occasionnels ou ceux qui étaient au démarrage de leur vie vidéoludique – ayant donc beaucoup de retard à rattraper et énormément de jeux à découvrir- mais également ceux qui débarquaient fraîchement dans l’univers Xbox One.

131 jeux dans le Xbox Game Pass à l’heure actuelle

Ce qui change

Avec l’annonce de cette semaine, il se pourrait bien que Microsoft attire dans ce programme son coeur de cible et ses fans inconditionnels. Oui, la promesse est belle et tout bonnement hallucinante car pour les abonnés au service, l’offre est clairement imbattable. En effet, pour l’équivalent du prix de deux jeux (pas tout à fait plein pot d’ailleurs), soit 120€ (si t’as pas suivi : 9,99€ * 12 mois), il est possible d’avoir accès à tous les jeux des studios Microsoft qui sortent en une année. Rien que sur le début de cette année 2018, trois titres de ce type sont attendus : Sea of Thieves, State of Decay 2 et Crackdown 3. On parle ici uniquement des jeux d’ores et déjà annoncés et qui devraient valoir maximum 210€ en les achetant au prix fort (3 * 70€). Tout bonnement dingue..!

Absolument oufissime quand on imagine bien que l’objectif de Microsoft n’est pas du tout de nous laisser sans exclusivités en fin d’année 2018 et que l’on présume plus que fortement la présence a minima de Forza Horizon 4 dans le line-up estampillé holiday season. Quand on songe en plus aux licences comme Gears of War et Halo qui seront également présentes dans le Game Pass en day one, c’est assez doux. Vraiment compliqué de se dire qu’il serait préférable de payer tous ses jeux plutôt que de sauter sur cet abonnement, d’autant plus qu’il a été confirmé a posteriori de l’annonce initiale que tous les jeux first party resteront de manière permanente dans la liste Xbox Game Pass. Que demander de plus ? Financièrement, c’est tellement tout bénéf !

On y perd quoi ?

Oui, c’est vrai, il y a bien un risque, un loup planqué quelque part si on cherche bien, non? Le méchant Microsoft, ce démon absolu veut forcément nous la faire à l’envers ? Eh ben on a beau chercher, difficile de voir ce que l’on y perd. Tout simplement, si vous stoppez le paiement de votre abonnement, vous n’aurez plus la possibilité de jouer à l’ensemble des titres first party que vous aurez téléchargé. C’est tout.

Certes, d’aucuns diront toujours que le jour où Microsoft se séparera de la branche Xbox pour l’enterrer définitivement (ça devait déjà être le cas tous les ans depuis 2003) il ne sera plus possible de jouer à ces jeux ou qu’en cas d’attaque thermonucléaire sur l’ensemble des data centers du monde, ben le démat c’est pas top..

La fin du physique ? Et mon collector ?

Plus sérieusement, la mise en oeuvre de ce nouveau système pose question et si la presse en ligne a pu se faire l’écho de la rébellion terriblement vengeresse d’un grand distributeur de JV qui refusait désormais de commercialiser des produits Xbox, remettons vite l’église au milieu du village (ou la mosquée dans la médina, voire le temple dans la forêt), il ne s’agissait que d’un obscur revendeur autrichien.. Pas de quoi échauder un chaton, donc.

Ceci étant, il y a fort à parier que Microsoft multipliera les partenariats de distribution spécifiques avec les commerces physiques, histoire de promouvoir le Game Pass en boutique et qu’évidemment les jeux first party ne disparaîtront pas des étals.

Mais tout de même.. Quid des éditions collector ? Quid des éditions « Ultimate », « DLC included » et tutti ? En effet, on suppose que le Game Pass ne permettra pas de bénéficier de ces versions agrémentées de contenus complémentaires intégrés dès la sortie du jeu ou dans les mois qui suivent. Nous n’avons pour le moment aucune précision sur les modalités de commercialisation de ces éditions spéciales via le store Microsoft. Idéalement, il serait souhaitable que l’abonné n’ait à payer qu’un montant additionnel raisonnable (la valeur actuelle d’un DLC) afin de bénéficier d’une version plus complète de son jeu préféré.

Quant aux éditions collector incluant des statuettes et autres éléments de décoration de chambres d’adolescents ou de salons de geeks, tout le monde s’est bien marré lorsque celles-ci ont commencé à se vendre sans jeux, mais les choses font encore plus sens désormais. On peut déjà acheter un jeu en version dématérialisée et se saigner pour obtenir une réplique de son héros haute de 47cm, et on pourra bien entendu a priori avoir son jeu via le Game Pass et acheter sa figurine en boutique physique traditionnelle ou se la faire livrer par un pure player web.

Alors, vous allez craquer ?

Ceci est une révolution ?

Oui, pour de vrai, et on attend la réaction des autres acteurs du marché. Quoiqu’on en dise, souvenez vous que Microsoft a toujours été en avance sur son marché en proposant des innovations de rupture (on appelle ça la disruption dans la Nation Française) avec notamment le Xbox Live, la mise en place des succès, kinect (oui, bon, je sais..), la rétrocompatibilité, etc. De fait, les autres acteurs devront réagir d’une manière ou d’une autre face à cette nouvelle offre, surtout si elle remporte l’adhésion des joueurs.

On a beaucoup lu ci et là que c’était le « Netflix du JV ». Oui, même si l’expression est un peu désagréable à l’oreille et que l’on est sur deux secteurs d’activité très différents, on retrouve un système dans lequel ont d’abord été mis à disposition via abonnement des produits pas tout neufs et réalisés par d’autres mais sympa quand même, avant que le catalogue ne soit rafraîchi par l’ajout de productions maison. C’est donc effectivement un peu l’équivalent, et on souhaite le même succès à Microsoft.

Il faut rappeler que le premier acteur du secteur a avoir proposé un dispositif d’abonnement en ligne sur un catalogue de JV est EA avec le programme EA Access disponible uniquement sur Xbox One. Cette expérimentation assez peu risquée a permis aux deux partenaires de cerner les attentes de joueurs et d’évaluer l’intérêt pour ce type de système.

Comment comparer les kikis ?

Oui, c’est une vraie question.. Les ardents défenseurs de la guerre des consoles qui se rassurent en prenant un plaisir non dissimulé (mais solitaire) en observant les chiffres de vente pleurent déjà des larmes de sang. En effet, Microsoft ne communique plus autour du nombre de consoles vendues, mais bien sur un nombre d’abonnés au Xbox Live, ce qui démontre un changement de paradigme et de mentalité amorcé il y a déjà bien plusieurs mois. L’entreprise communique autour de son nombre de clients fidélisés à travers le service proposé, soit l’abonnement.

Séchez vos larmes consoles warriors, la branche Xbox communiquera probablement autour du nombre d’abonnés au Xbox Game Pass, mais sera bien entendu à même, le cas échéant, de révéler un chiffre de jeux distribués à partir du volume des téléchargements et de la commercialisation via les réseaux traditionnels.

Alors, Mme Irma ?

Il est naturellement impossible de prédire l’avenir, mais on entrevoit surtout assez peu ce que cette évolution majeure aura comme impact sur le secteur du jeu vidéo dans son ensemble. Certes, à court terme, pas d’inquiétudes, le jeu en boîte perdurera et il sera possible d’offrir des jeux de studios Microsoft en boîte en les achetant dans des enseignes physiques. Pour le reste, difficile d’imaginer les effets à moyen / long terme en termes de structuration du marché, de captation de clientèle ou sur les circuits de distribution. Difficile aussi d’imaginer la réaction de la concurrence qui ne pourra pas juste regarder passer le train..

Quoiqu’on en dise, le dématérialisé c’est le turfu et si nombreux sont ceux qui disaient au début de cette génération de consoles que la vente de jeux non physiques resterait infinitésimale, le marché et les résultats ont montré qu’il en était tout autrement. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que la plus grande chaîne de magasins de JV française a procédé à la « fusion » de ses enseignes dédiées l’une aux produits dérivés et aux goodies, et l’autre, aux jeux vidéo.

D’ailleurs, toi qui me lis et qui as déjà, à l’occasion d’une promotion en ligne ou autre, acheté un jeu en version dématérialisée, tu sais à quel point c’est confortable de ne pas bouger tes petites fesses de ton canapé pour changer de disque, et qu’en plus dans ton intérieur feng shui et scandinave over épuré, il y a de moins en moins de place pour les énormes étagère remplies de jaquettes. Ouais, c’est pas du tout nordic cocooning way of life les jaquettes partout.. Comment ça je m’égare ?

Tags

Buckshot

Lonesome stormtrooper à l'épreuve des balles, venant d'une galaxie lointaine, très lointaine...

Articles en relation

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Buckshot, il y a 9 mois et 3 semaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Voir aussi

Close

Close

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer