TestsXbox 360Xbox One

Resident Evil Revelations 2: Le Test

Si la licence Resident Evil est en pleine déchéance, cette épisode pourrait relever le niveau… 

Resident Evil, un nom qui résonne en moi comme une période dorée ou l’on découvrait la 3D, de nombreuses nouvelles licences dont certaines perdurent encore aujourd’hui… Cette création de Shinji Mikami a été l’un des moteurs de la suprématie de la PSX (je préfère ce terme à Playstation) durant la fin des années 90 et début 2000. Jusqu’au superbe Resident Evil 4, la licence avait l’arrogance de faire un sans faute . Et puis Le controversé RE5 sort, puis l’horrible Resident Evil 6… Nos zombies préférés disparaissaient dans la médiocrité. L’arrivée du second épisode d’un jeu sorti sur 3DS en 2012 (puis en remake un peu plus d’un an après sur Xbox 360) qui a été très bien accueilli par l’ensemble de la presse et des joueurs redonnait espoir, mais est-ce que Capcom a cédé à la facilité ?

Première approche

Resident Evil Revelations 2 surfe sur la vague des jeux épisodiques, découpé en 4 épisodes, ceux-ci, contrairement à ses petits copains du même format, sortiront chaque semaine. L’ensemble est disponible pour 25€, ce qui est assez attractif (attention la version boîte qui sortira le 20 mars sera plus chère), l’épisode seul étant à 5€. Deux épisodes bonus seront aussi disponibles par la suite.

RE-Rev2-01

Les premières minutes de jeu m’ont fortement rappelé RE: Code Veronica, qui a le point commun d’avoir la même héroïne : Claire Redfield. La soeur de Chris travaille pour Terra Nova, une organisation humanitaire spécialisée dans la lutte anti bio-terrorisme. Lors d’une soirée mondaine, Claire retrouve Moira Burton, fille du célèbre (pour nous joueurs) Barry Burton. La soirée tourne court lorsque les deux femmes sont enlevées par un groupe commando.

Claire se réveille dans une cellule sombre et humide, un étrange bracelet au poignet…Très rapidement Claire retrouve Moira et, ensemble elles vont tenter de s’en sortir. L’ambiance, glauque et malsaine, fait penser à Silent Hill (du moins au début), le fer rouillé, les couloirs à demi éboulés et les objets de torture sado-maso y sont comme de forts clins d’œil et/ou  une source d’inspiration. On se sent mal à l’aise et très faible, jusqu’au moment salvateur où l’on trouve une arme (un couteau), bien ridicule, lorsque vous croiserez par hasard un Affligé (nom des zombies de cet épisode).

RE-Rev2-018

Claire et Moira sont deux personnalités différentes. Claire a déjà connu ce type de mésaventure. Elle est donc calme et manie les armes avec aisance. Moira, elle, est une jeune fille qui ne veut pas croire à sa situation, elle n’aime pas les armes, mais sera néanmoins très utile grâce notamment à sa lampe torche (capable de trouver des objets dans le noir ou d’aveugler ses ennemis) et de son pied-de-biche (ouvrir des portes scellées). Ce petit pitch est le coeur du jeu, car ce Resident Evil met en avant la coopération entre les personnages. Parfaitement jouable en solo, le gameplay est encore meilleur à deux (Moira qui éblouit le monstre avec sa torche et Claire qui le flingue par exemple). Ma première inquiétude était que ce jeu soit trop proche de Resident Evil 5 ou 6 et heureusement ce n’est pas le cas. Si on retrouve le concept des pierres précieuses, récupérables un peu partout dans le jeu cela s’arrête là. A l’inverse, j’attendais de retrouver des sensations des premiers épisodes (munitions rares, monstres dangereux et énigmes tordus) mais la encore, elles n’y sont pas. Le plus gros manque est justement l’absence totale d’énigme. C’est donc à la fois déçu et surpris que je parcoure cette prison.

RE-Rev2-023

Au final ?

Sans trop dévoiler le scénario la séquence avec Claire et Moira est vraiment agréable, mix de survie et de shoot, et je me suis pris au jeu. Puis subitement, une autre section du jeu démarre avec Barry et une étrange petite fille. Si le système de coopération est toujours présent, les capacités de la partenaire de notre roux préféré sont plus subtiles (elle peut percevoir les “auras” des monstres, même à travers les murs, elle peut se déplacer en silence et repérer des objets dans l’ombre), Barry lui est une machine à tuer. Armé directement d’un pistolet, d’une arme d’assaut et de son célèbre magnum, il ne fait pas dans la dentelle. A ce moment-là j’ai un arrière goût de RE5, tout ce qui a fait le charme du début disparaît au profit (ou pas) d’un shoot. Fort heureusement, le petit cliff à la fin du premier épisode rehausse l’histoire.

RE-Rev2-010

L’histoire justement, toujours difficile à mettre en place dans un premier épisode sans basculer dans le roman interactif, est au contraire bien mise en avant avec Claire et Moira, juste ce qu’il faut pour avoir envie de connaître la suite, mais presque zappée dans celle avec Barry (j’ai cru d’abord à une sorte de mode reverse où on refaisait le parcours des deux premiers personnages). Heureusement les autres épisodes ont permis d’avoir un scénario étoffé avec Barry, comme avec Claire, accélérant au fur et à mesure, même si tout ceci reste assez prévisible.

Graphiquement Resident Evil Révélations 2 n’est ni beau, ni moche. Il est clair que son côté cross-platform (Xbox 360 et Xbox One) n’a pas aidé à lui octroyer un niveau “full next-gen” mais cela reste acceptable.

Une fois un épisode fini, de nouveaux modes apparaissent (mode « ennemis invisibles », mode “time attack”, etc..) permettant de refaire le jeu d’une autre manière, et de booster vos personnages au travers de capacités achetables via des points PB gagnés en terminant l’épisode (quelque soit le mode) ou en récoltant ces fameuses pierres précieuses. Les compétences que l’on peut acquérir sont assez variées comme le fait de se soigner plus vite, ressusciter un allié plus vite etc.. sympathique mais dispensable pour jouer (on peut finir le jeu sans compétence améliorée.)

RE-Rev2-013

Enfin le mode Commando (déjà existants dans le premier Révélations) vous propose, seul ou à deux en coopération (en ligne et en local avec un écran splitté très peu confortable) plus de 50 missions. Dans une simulation informatique vous devrez augmenter la puissance de votre personnage (via des capacités uniques aux personnages), trouver des armes plus performantes ainsi que des améliorations (recharge plus rapide, dégâts améliorés, etc..) qui elles-mêmes pourront être combinées pour être plus efficaces (après avoir acheté la boîte à outils qui se débloque après avoir fini les opérations de l’étape 2). Si le principe défoule pas mal au départ, le côté répétitif des missions et le peu de modes différents (normal, time attack ou défense) font que cela pourrait vous lasser plus ou moins vite (personnellement je m’amuse bien), et accessoirement la difficulté monte assez vite.

RE-Rev2-07

Conclusion

Si techniquement Resident Evil Révélations 2 ne casse pas trois pattes à un canard, on ne peut que saluer la tentative de revenir aux sources du jeu d’horreur, où la survie prime sur l’action (du moins avec Claire et Moira). Si l’histoire du premier épisode reste très peu développée, on ne peut qu’espérer que l’épisode suivant soit moins avare. Malgré tout je ne peux que le conseiller aux fans de la saga et/ou aux adeptes de jeu à la forte rejouabilité (si on aime les challenges). D’ailleurs à l’heure où j’écris ces lignes, le second épisode est disponible. Je m’en vais de ce pas y retourner !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tags

Lucian Blight

Joueur depuis 29 ans et gros consommateur de RPG, Je reste ouvert à beaucoup de genre. Passionné par le média et ce qui l'entoure, j'aime partager mes expériences mais aussi mes coups de gueules...

Articles en relation

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Lucian Blight, il y a 3 ans et 2 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #2397

    Lucian Blight
    Participant

    Si la licence Resident Evil est en pleine déchéance, cette épisode pourrait relever le niveau…  Resident Evil, un nom qui résonne en moi comme une p
    [Lire l’article : Resident Evil Revelations 2: Le Test]

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Voir aussi

Close
Close

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer