TestsXbox Place

Star Wars Battlefront : le test !

Souvenez-vous, le 17 avril dernier, Electronic Arts dévoilait un trailer à faire décrocher la machoire de tout gamer fan de Star Wars qui se respecte, avec la mention « game engine footage ». Depuis la campagne marketing a battu son plein, abreuvant le public impatient de moult autres trailers, teasers et autres mots en « ers », jusqu’à plus soif, voire jusqu’à l’écoeurement..

Une bêta rendue publique début octobre a permis d’approcher le gameplay et les environnements, avec de bonnes surprises et beaucoup d’interrogations. D’ailleurs, nombreux sont les joueurs à avoir hurlé au « footage » de gueule, oubliant qu’une bêta est une bêta et que les trailers, c’est pour faire joli.

Bref, Star Wars Battlefont est enfin là, et on avait vraiment envie de taquiner du rebelle ! Oui, pour rappel cher lecteur, je suis un stormtrooper.

battle

Le réveil de la franchise

La série Star Wars Battlefont avait disparu des radars galactiques depuis trop longtemps. En effet, Battlefront II à l’époque développé par Pandemic Studios et édité par LucasArts est paru en 2005, soit il y a déjà 10 ans.. Après le rachat de la licence Star Wars par Mickey et ses amis (enfin Disney, mais t’avais compris), c’est EA qui chope le précieux et le confie à DICE pour le développement.

L’idée d’un développement par DICE peut provoquer un effet Kiss Cool du type : « Yeeha, trop bon ! Ah, oui, euh.. mais non en fait, j’ai peur.. ». Pourquoi ? Simplement parce-que si DICE a été longuement adulé pour la série des Battlefield, le lancement de Battlefield 4 rappelle aux joueurs un multi truffé de bugs rendant tout simplement le online – la raison d’être du jeu – inopérant durant de trop longues journées (semaines ?), sans compter que l’aventure solo était gâchée par les crashs des sauvegardes.  Une amélioration bien trop tardive a rendu le jeu finalement jouable patchs après patchs. Malgré les excuses du développeur suédois, sa réputation a été entachée par ce mini cataclysme.

Clairement, sans tout dévoiler d’ores et déjà, on peut dire que les craintes relatives aux serveurs et à leur efficacité ont été balayées d’un revers de sabre laser durant la bêta.

Pléthore de choix tu auras

Il paraît que de gens apprécient la présence de modes solo dans les Battlefront ! Quand on parle de mode solo, on ne parle pas de mode histoire avec un début et une fin, mais bien de se retrouver tout seul sur une map à dézinguer des bots sans aucun objectif particulier. Difficile d’y voir un véritable intérêt. La licence Star Wars a été déclinée en plusieurs types de jeux, avec principalement des RPG comme KOTOR (Knights Of The Old Republic), des TPS où on s’amuse avec les pouvoirs de la force ou encore des jeux axés sur les joutes avec des vaisseaux. Qu’on se le dise, Battlefront est le FPS de la licence et il est taillé dès son apparition pour être multijoueur.

Il y a donc bien la possibilité de jouer en solo dans Star Wars Battlefront, avec en prime quelques succès à débloquer pour les plus acharnés. Ceci étant, ce « solo » fait plutôt office de tutoriel, et apparaît plus que nécessaire pour apprendre à contrôler les vaisseaux. D’ailleurs, ce « solo » n’est pas réservé aux tous seuls, dans la mesure où on peut réaliser les missions en coopération avec un autre humain. Au programme, l’apprentissage de la Force, du pilotage, des « Batailles », et un mode survie qui n’est autre qu’un mode horde relativement classique. Rien de bien folichon donc, mais de quoi appréhender les mécanismes de jeu.

vaisseaux

Venons en à l’essentiel, le multi, baby !! Pour le coup, le mode multi est assez varié puisqu’il est composé dès le lancement de 9 modes de jeu différents, ce qui est assez rare de nos jours. Pas mal de choses à se mettre sous la dent avec un mode « Suprématie » qui s’apparente à un mode conquête, la « Zone de largage » qui n’est autre qu’un « Site du Crash » façon Crysis ou le mode « Escarmouche », un team deathmatch classique.

En dehors de ces éléments assez traditionnels mais très efficaces, on retrouve deux modes héroïques permettant d’incarner, excusez du peu, Dark Vador himself, mais aussi l’Empereur, Han Solo, Leïa, Boba Fett (aussi connu sous le nom de « biatch se donnant au plus offrant ») et Luke, celui qui marche dans le ciel. Egalement deux autres modes de jeux assez sympas, la « Course aux Droïdes » où il faut capturer et protéger 3 droïdes, et la « Cargaison » qui nous invite à protéger notre marchandise tout en volant celle de l’équipe ennemie, complètent la série des éléments novateurs.

Les deux derniers modes valent le détour. « Escadron de Chasseurs » est le règne des pilotes interstellaires qui pourront grimper à bord d’un X-Wing ou A-Wing et autres chasseurs ou intercepteurs TIE, mais aussi le Faucon Millenium en récupérant un bonus ! Dans « L’attaque des Marcheurs », l’idée est de stopper l’avancée des TB-TT en établissant des liaisons permettant des bombardements par les forces aériennes et on y retrouve l’atmosphère des batailles épiques.

Pas mal de possibilités s’offrent donc au joueur !

 

Battlefield dans les étoiles ?

Non, Star Wars Battlefront n’est pas un skin de Battlefield, et ce, pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, le gameplay est particulièrement arcade. Ici, pas de rechargement des armes à gérer, mais un cool down. Il en est de même pour les grenades ou divers atouts à utiliser qu’il n’est pas nécessaire de collecter sur la map. On attend simplement quelques secondes pour que le dispositif soit rechargé et utilisable à nouveau.

Par ailleurs, vous n’aurez pas à choisir de classes. Pas de Médic, de fournisseur de munition ou d’ingénieur qui répare les véhicules ou balance des roquettes. Il est cependant possible de personnaliser son stormtrooper (ou son rebelle) grâce au choix de l’arme principale, et des trois autres équipements que l’on aura sélectionné.

On a donc un gameplay plutôt arcade, simple et efficace, mais pas simpliste pour autant. En fonction des modes de jeu, la sélection de vos atouts et de l’arme principale aura un impact déterminant. Par ailleurs, l’aspect tactique n’est pas en reste, que ce soit dans le teamplay si vous n’êtes pas un lonewolf, voire dans l’utilisation du jetpack fort utile pour se sortir de situations délicates ou atteindre certains endroits. On peut regretter que certains atouts essentiels, comme le dernier cité, ne puissent être débloqués qu’après avoir gravi pas mal d’échelons. Mais bon, c’est le jeu ma pauvre Lucette, le principe de la carotte.

heros

S’il y a une ressemblance avec Battlefield, c’est dans l’intensité des combats. On se retrouve tel un troufion de première au milieu d’un champ de bataille où pleuvent les piou piou des blasters, où nos camarades tombent au combat, où des explosions déchirent l’atmosphère, tout ça tout ça.. L’intensité est bien là et malgré le côté arcade du titre, le plaisir est renouvelé de parties en parties que l’on enchaîne avec envie durant de longues heures. Il est clair que DICE sait faire du multi, trouver des équilibres, et dessiner des maps offrant de multiples passages et de la verticalité.

 

L’aliasing tu subiras

Côté technique, une déception, et une seule, l’aliasing. C’est simple, il est partout ou presque, y compris sur l’écran d’accueil en pause avec R2 et C3 PO qui frétillent.  C’est finalement la seule et unique déception. Après 103 parties, et 16h de jeu, j’ai subi 3 freezes (dont un alors que j’allais débloquer un succès.. arrghhh !), quasiment jamais de lag, et aucune déconnexion. Par dessus tout, trouver une partie se fait toujours en moins de 10 secondes, ce qui est tout bonnement hallucinant !! C’est pour ma part du jamais vu, on est carrément dans l’instantané, une folie intersidérale !!

hoth

Sinon, c’est joli, parfois même très joli malgré l’aliasing, et il n’y a pas de ralentissements quand l’action devient chaude bouillante et que ça pète de partout. C’est donc techniquement aux petits oignons, hormis le point noir de l’aliasing..

La Force, tout le temps, partout..

Que dire à part que tout fan de Star Wars qui se respecte devrait, si ce n’est pas déjà fait, absolument jouer à Star Wars Battlefont ? Pourquoi ? Simplement parce que tout ce qu’un fan peut attendre de l’univers est bien là. On peut piloter des vaisseaux dans des batailles nerveuses et même en vue cockpit. On peut piloter des motojets, prendre le contrôle des AT-AT. On peut avoir le sentiment de faire partie intégrante de l’Empire (et même des Rebelles), la vue TPS favorisant l’immersion (il est également possible de jouer en vue FPS hein).

On est dans Star Wars, tout simplement parce que les environnements sont particulièrement bien travaillés et comme on les connaît, ben on vit ce rêve de gosse d’être partie intégrante du truc. Que l’on soit sur Tatooine, Hoth, ou sur Endor, on a le sentiment d’y être, vraiment. La force du titre est également de restituer une ambiance sonore particulièrement fidèle à la série, et ce, dans les moindres détails, du tir de blaster au couinement d’un droïde en passant par les voix des héros, les musiques, tout est « vrai ».

Par dessus tout, incarner les héros donne vraiment cette sensation de puissance, chacun ayant ses capacités spéciales spécifiques permettant de terrasser des ennemis à la chaîne. C’est vrai quoi, être dans la peau de Dark Vador, what else ?

Les DLC, la perturbation de la Force

Bon, il est vrai que malgré le nombre assez important de modes de jeu, les maps ne sont malheureusement pas assez variées. Le manque de contenu se fait sentir à ce niveau là. Hormis ceci, on a tout de même quelque chose d’assez complet. Mais comment ne pas hurler à la mort, connaissant la politique de DLC mise en place ? Au-delà même du principe, le season pass est commercialisé 50€, oui, soit plus onéreux que l’acquisition du jeu de base si vous êtes allé chez le bon dealer de jeu. Ce n’est pas l’arrivée très prochaine et gratuite pour tous de « La Bataille de Jakku » qui va rendre le sourire.

Certes, une semaine après la sortie du jeu, EA a tenté de rassurer les joueurs en précisant que des maps et des autres éléments seront rajoutés gratuitement pour tous dans les semaines et mois à venir.. Ce n’est pas suffisant pour ne pas grogner !

jakku

Bref, vous l’aurez compris, on peut être grincheux du fait de ces fameux DLC. Hormis cela, rien, absolument rien ne doit vous faire passer à côté de ce titre, d’autant plus si vous êtes un fan de Star Wars. Oui, je sais, la fin d’année est bien fournie et vous manquez peut-être de temps pour jouer. Mais vous savez aussi qu’entre janvier et juin, nous n’aurons pas grand chose à nous mettre sous la dent, même si l’attente est forte concernant Quantum Break, voire The Division pour certains. Alors, n’hésitez plus, glissez-en un mot à votre père noël !

Sur ce, rejoignez le côté obscur de la Force, nous, on a des cookies 🙂

 

Tags

Buckshot

Lonesome stormtrooper à l'épreuve des balles, venant d'une galaxie lointaine, très lointaine...

Articles en relation

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Buckshot, il y a 3 ans et 7 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #2298

    Buckshot
    Participant

    Souvenez-vous, le 17 avril dernier, Electronic Arts dévoilait un trailer à faire décrocher la machoire de tout gamer fan de Star Wars qui se respecte,
    [Lire l’article : Star Wars Battlefront : le test !]

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Voir aussi

Close

Close

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer