SpotlightTestsXbox OneXbox One XXbox Place

Test de Far Cry 5

Make Far Cry Great Again ?

Après sa dernière itération intitulée Primal et nous plongeant dans la préhistoire, la célèbre licence Far Cry revient avec son cinquième épisode numéroté. Au même titre que l’opus Origins a su redorer l’image de la saga Assassin’s Creed, Ubisoft entend bien avec Far Cry 5 moderniser son jeu d’action en monde ouvert, quitte à bouleverser certains acquis pourtant gravés dans le marbre. Cet épisode se veut donc celui du renouveau, tant pour sa campagne, qui arbore de nouvelles fonctionnalités, et pour la première fois une structure non linéaire, que pour son mode multijoueur, annoncé comme particulièrement original et ultra complet. Far Cry 5 tient-il toutes ses promesses ? S’agit-il effectivement du jeu à même de remettre la licence sur le devant de la scène ? Réponses dans les lignes suivantes, cela Vaas de soi…

Test réalisé sur Xbox One X à partir d’une version dématérialisée fournie par l’éditeur
  • Date de sortie : 27 Mars 2018
  • Editeur : Ubisoft
  • Développeur : Ubisoft
  • Genre : FPS/Monde Ouvert
  • Prix : 69,99€
  • PEGI : 18+
  • Disponibilité : Version physique et dématérialisée 
  • Xbox Play Anywhere : Non
  • Xbox enhanced : Oui

 

 

Eden, je m’appelle Eden

Far Cry 5 prend place en Amérique, et plus précisément à Hope County, dans le Montana. Par le passé terre de liberté et de bravoure, Hope County se voit désormais régie par un culte de fanatiques dénommé Eden’s Gate. Ce culte est dirigé par la famille Seed, Joseph (Le Père) Seed en tête, et c’est ainsi contre cette puissance oppressive que vous allez devoir lutter.

 Par l’intermédiaire d’une scène d’introduction bien sentie, comme Ubisoft nous y avait déjà habitué par le passé, le joueur va immédiatement se rendre compte de l’antagoniste qui lui fait face et de son impact sur la communauté de Hope County. Au cours de son aventure, Far Cry 5 nous proposera d’ailleurs fréquemment des séquences mémorables, si bien qu’une nouvelle fois, le scénario de cet épisode, bien que relativement classique, semble avoir été particulièrement travaillé, et devrait contribuer à faire de Joseph Seed un méchant que l’on n’oubliera pas de sitôt. Si Vaas est certainement le plus grand méchant de l’histoire de Far Cry, Joseph Seed s’en rapproche clairement.

Hope County est sublime. Une belle publicité pour le Montana !

Joseph Seed, un antagoniste qui en prend de la graine ?

A propos du scénario, évoquons rapidement le rapprochement qui a été fait entre le jeu et l’Amérique moderne, du fait du contexte de l’épisode. Si nombreux sont ceux qui ont reproché à Far Cry 5 de ne pas assumer clairement sa position de satire anti-suprémacistes blancs par peur de représailles, il est important de préciser que l’éditeur n’a jamais souhaiter prendre parti politiquement. Avec Far Cry 5 comme avec les précédentes itérations, les développeurs souhaitent simplement offrir une histoire plaisante à suivre et pas dénuée d’épaisseur, mais ils ne se veulent en aucun cas porteurs d’un message politique. Cela semblait important à préciser.

Un contenu Far-amineux

Si l’histoire de cet épisode se révèle riche, précisons tout de même que contrairement aux opus précédents, Far Cry 5 propose de vivre une campagne non linéaire. Ainsi, avant de pouvoir vous confronter au grand méchant de l’histoire, vous devrez d’abord affronter les membres de sa famille (John, Faith ou Jacob), et ce, dans l’ordre que vous voulez. Cela confère un grand sentiment de liberté au joueur, qui ne se voit plus obligé de vivre l’aventure dans un ordre précis.

Cette ouverture dans la structure même de la campagne a des répercussions directes pour le joueur. Celui-ci devra en effet pour les trois régions du jeu exécuter diverses actions susceptibles de remplir une jauge de résistance, qui une fois complétée, débloquera l’affrontement contre le chef de la région. Au fond, cette campagne non linéaire n’est pas sans rappeler la structure de Ghost Recon Wildlands. Afin de remplir ladite jauge, le joueur sera donc libre de participer aux missions principales et annexes, de sauver des civils, de détruire les propriétés de la secte ou encore de libérer des avant-postes. A noter que l’exploration est ici favorisée, si bien que les missions annexes et autres objectifs se débloqueront en parcourant la carte et en parlant aux différents PNJ. Au total, Far Cry 5 propose un contenu vraiment conséquent, et qui avoisine facilement la trentaine d’heure.

Certaines missions annexes valent vraiment le détour !

La liberté est donc totale pour le joueur, et cela est fort appréciable. Si l’on devait tout de même faire un reproche à cette orientation plus libre et moins encadrée, on pourrait évoquer le fait qu’entre les missions principales bien scénarisées et qui plongent le joueur au contact de la secte, les antagonistes principaux se font relativement discrets le reste du temps, ce qui peut parfois créer une certaine distance entre le joueur et le scénario. Mais cela n’a pas le moindre impact sur le plaisir de jeu. D’autant plus que les missions annexes témoignent d’un réel souci d’écriture, tantôt drôles, tantôt plus sérieuses, mais toujours agréables à réaliser, même si quelques peu répétitives dans leurs objectifs.

Chasse, pêche, nature et tradition

Si l’approche non linéaire de la campagne permet déjà de dépoussiérer la franchise Far Cry, cela n’est rien en comparaison des retouches effectuées sur certaines mécaniques historiques de la licence. Tout d’abord, Far Cry 5 embarque pour la première fois un éditeur d’avatar, qui vous permettra de façonner un héros à votre image, qu’il s’agisse de son ethnie, de sa coiffure ou encore de son style vestimentaire. En cours de jeu, vous pourrez bien évidemment mettre la main sur de nouveaux habits, si vous souhaitez améliorer votre apparence.

Ensuite, des modifications bien plus conséquentes ont également eu lieu dans le système de progression du personnage. Le système de craft est toujours présent mais se retrouve bien simplifié, si bien que la chasse (ou la pêche !) ne vous serviront qu’à remplir votre portefeuille. Le système de compétence a lui aussi été complètement revu, il ne se base désormais plus sur votre expérience accumulée mais sur un système de défi (ex : réaliser x tirs dans la tête…). Ce système de défis est particulièrement efficace, et permet donc d’acquérir des points de talents permettant de débloquer de nombreuses compétences. Là où le système est vraiment réussi, c’est qu’il permet aux amateurs de progression rapide d’optimiser leur temps de jeu, tandis que jouer simplement et sans faire attention aux défis ne gênera pas non plus la progression des joueurs plus tranquilles.

Far Cry 5 revêt par moment un aspect photoréaliste

Résiste, prouve que tu existes !

Le jeu embarque également un système de mercenaires et de compagnons qui pourront vous prêter main forte quand la situation le nécessite. Ainsi, qu’il s’agisse de résistants que vous avez préalablement libérés, ou de l’un des 9 compagnons principaux à débloquer (mention spéciale pour Boomer !), vous ne serez jamais seul dans les moments sulfureux de votre périple, sauf si vous le décidez.

Précisons aussi que l’ascension obligatoire de tours radio fait partie de l’histoire ancienne (hormis un clin d’œil en début d’aventure), et que la minicarte disparaît également au profit d’un système à la Assassin’s Creed Origins. De plus, et pour la première fois, le titre est également intégralement jouable en coopération. On précisera simplement à ce sujet que seule la progression de l’hôte dans l’histoire est sauvegardée, afin d’éviter les surprises. Cependant, la progression du coéquipier sera tout de même transférée dans sa partie, afin qu’il puisse garder ses armes et ses compétences.

Vraiment jouissif, mais IA encore des petits défauts

Pour le reste, Far Cry 5 reste un Far Cry, et c’est tant mieux. Ainsi, le soft offre une liberté d’action au joueur, que celui-ci préfère l’approche furtive ou carrément bourrine. Un vaste panel d’armes (personnalisables), de véhicules ou d’accessoires (parachute, wingsuit…) seront de la partie, afin de faire vivre aux joueurs une aventure sur mesure. Avec ses différents ajouts et la modification bénéfique de bon nombre de ses mécaniques de jeu, jamais un Far Cry n’aura été aussi jouissif. On regrettera simplement que l’IA ennemi soit encore grandement perfectible, témoignant d’un comportement pour le moins étonnant dans de nombreuses situations. Un élément à améliorer pour le prochain épisode.

Du Far à paupières et un joli coup de Cry-ons !

Attardons-nous maintenant sur l’aspect technique et artistique de ce Far Cry 5. C’est bien simple, le titre est tout bonnement sublime, et le Montana que l’on nous propose de découvrir est criant de vérité. Qu’il s’agisse de la faune ou de la flore, le tout apparaît vivant et incite grandement à l’exploration par la beauté des paysages. La forêt, par exemple, revêt un aspect photoréaliste, si bien que l’on pourrait par moment la confondre avec un vrai paysage. Sur Xbox One X, avec une résolution en 4K native, le soft est un régal pour les yeux.

En dehors de cette beauté incitant à la contemplation, c’est aussi le souci du détail et de crédibilité qui permet à Far Cry 5 d’être très convaincant. Il ne sera par exemple pas rare au détour d’un chemin de tomber sur un animal sauvage qui en chasse un autre. Autre exemple, les animaux sont capables de vaquer à leurs occupations, à tel point que vous pourrez tomber sur certaines situations cocasses… Il ne s’agit là que de quelques exemples, mais de nombreux autres pourraient être évoqués, tant ce Montana virtuel est immersif.

L’univers est bel et bien vivant !

Hope Country et Hannah Montana

En parallèle de l’aspect graphique, la bande sonore se démarque elle aussi, qu’il s’agisse des thèmes proposés orientés rock/country et très réussis, ou des différents bruitages des armes comme du paysage, également de très bonne facture.

La partie artistique est donc particulièrement excellente, et s’accompagne qui plus est d’une fluidité quasiment parfaite. On notera simplement quelques légers soucis de clipping et autres petits bugs, mais dans l’ensemble, il apparaît impossible de ne pas trouver Far Cry 5 magnifique.

Quand Far Cry dépasse les bornes (d’Arcade)

Avant de conclure ce test, il apparaît important d’évoquer le mode Arcade proposé dans cet épisode. Celui-ci s’appuie en fait sur les éditeurs de carte des précédents opus, qu’il améliore drastiquement. En effet, les créateurs en herbe pourront réaliser des cartes jouables en solo, en coopération ou encore en multi (deathmatch jusqu’à 12 joueurs) avant de les partager avec la communauté.

Les outils de créations sont nombreux et variés, et le titre embarque de plus des assets tirés des licences phares de l’éditeur, à savoir Far Cry, Assassin’s Creed et Watch Dogs. L’ensemble de ces éléments permet au mode Arcade d’avoir un potentiel de création illimité. De plus, Ubisoft joue le jeu, et promet de proposer régulièrement des créations « officielles ». A l’heure actuelle, de très nombreuses créations sont déjà disponibles, et le système de classement et de recherche permet de naviguer facilement parmi la foultitude de propositions.

Ce mode Arcade est donc un très bon ajout pour la licence, et l’on précisera simplement que les joueurs consoles devront faire preuve d’un peu de patience avant de maîtriser l’éditeur, qui s’avère forcément moins évident à l’usage à la manette qu’avec un combo clavier-souris. Cependant, avec un peu de pratique, cela ne posera pas vraiment de problème.

Même les cochons célèbrent la réussite de ce nouveau Far Cry…

En modernisant sa franchise et en la débarrassant de ses mécaniques vieillissantes, Ubisoft signe un coup de maître avec Far Cry 5. Le jeu reste indubitablement un Far Cry, mais les nombreux ajouts et modifications permettent d’en faire le titre le plus jouissif de la licence. En proposant un Montana criant de réalisme, un antagoniste mémorable et une liberté totale au joueur, Ubisoft semble avoir trouvé la recette qui sied le mieux à l’univers Far Cry. Déjà conséquente, la durée de vie du titre est encore rallongée par le mode Arcade, une vraie réussite qui ne demande qu’à s’épanouir entre les mains des meilleurs créateurs en herbe. Far Cry 5 est donc un excellent jeu, simplement entaché par quelques soucis de clipping et par une IA qui aurait mérité plus d’attention. Si la formule n’a pas fondamentalement changé, Far Cry 5 s’instaure comme le Far Cry le plus abouti de la série. Une franche réussite !

Acheter Far Cry 5 sur Xbox One

 

Les Plus de Far Cry 5 Les Moins de Far Cry 5
  • Somptueux
  • Un antagoniste mémorable
  • Une belle durée de vie
  • Une liberté totale pour le joueur
  • La modernisation des mécaniques de jeu
  • Le mode Arcade
  • Une IA décevante
  • Du clipping
  • Un peu répétitif dans ses objectifs

 

Tags

LEO33RM

Adepte des grandes épopées virtuelles et des somptueux univers que le jeu vidéo peut offrir. Chasseur de monstres à temps partiel.

Articles en relation

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  LEO33RM, il y a 4 mois et 2 semaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #10894

    LEO33RM
    Participant

    Après sa dernière itération intitulée Primal et nous plongeant dans la préhistoire, la célèbre licence Far Cry revient avec son cinquième épisode numé
    [Lire l’article : Test de Far Cry 5]

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Close

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer