TestsXbox One

Test de Dirt 4 : le retour de la franchise sur consoles nouvelle génération

Très peu présent sur console depuis la sortie de la Xbox One, Codemasters a lancé récemment Dirt 4. Un an après après la sortie de sa simulation de rallye non officielle, c’est au tour de la branche plus arcade de revenir sur le devant de la scène. Voici le test de Dirt 4, avec le retour de la franchise sur consoles nouvelle génération.

Test réalisé avec une version éditeur
  • Date de sortie : 09 juin 2017
  • Editeur : Codemasters
  • Développeur : Codemasters
  • Genre : Course automobile
  • Prix : 69,99€
  • PEGI : 3+
  • DisponibilitéVersion physique et dématérialisée (37 Go) 

Une nouvelle saison commence

Une des choses qui est commune à tous les jeux de Codemasters depuis longtemps maintenant, c’est la présence d’une écurie qui vous servira de base pendant tout le jeu. J’ai lu à plusieurs reprises dans les points négatifs de certains tests du jeu, qu’il manquait un scénario. Cela pourrait être un vrai plus. Seulement je me rappelle de Toca Race Driver qui incluait un vrai scénario prenant (en plus de dégats impressionnants pour l’époque), il n’a pas eu le succès qu’il méritait. Je me rappelle aussi que Codemasters avait également retiré la vue cockpit parce que moins de 5% des joueurs l’utilisaient. Donc un mode scénario, déjà difficile à mettre en place dans un jeu de voiture, ne fera pas vendre plus ou ne sera pas apprécié à sa juste valeur même s’il est très bon.

Du coup, la partie gestion d’écurie est un petit compromis entre un jeu de caisses avec un simple menu permettant de lancer les courses et personnaliser les voitures. Dans Dirt 4, c’est à vous de gérer votre écurie pour évoluer dans les disciplines, améliorer vos véhicules… Il y a un aspect qui est plus fouillé. Ce sera au joueur de recruter la meilleure équipe avec un manager commercial pour les sponsors, des ingénieurs, des mécanos. Bref c’est votre écurie, vous êtes le directeur, en plus d’en être le pilote principal. Vous aurez donc des contrats à honorer avec les sponsors que vous aurez choisis. Et cela influencera vos relations avec ces sponsors ainsi que votre staff au sein de l’écurie.

Gauche droite 50

Que serait un jeu Dirt sans la discipline du rallye ? C’est la base de la franchise. L’année dernière sortait Dirt Rally, un jeu très orienté simulation. C’est pourquoi je n’avais pas souhaité faire de test. Je n’ai pas le temps de me perfectionner et prendre du plaisir à conduire comme un pro. Il était très exigeant pour coller au plus près de la réalité, c’était réussi. Beaucoup de joueurs sont comme moi, préférant les Dirt orientés arcade et sacrément nerveux.

Malheureusement je n’ai pas retrouvé cette sensation dès les premières tours de roues. On passe d’abord par l’académie Dirt pour une ou deux leçons (ou plus pour les débutants), et vous vous retrouvez sur le départ d’une spéciale au volant d’une Ford Fiesta. Il vous sera possible de mapper un peu plus vos touches que dans un forza et bien moins que dans Project Cars. Dans ce Dirt 4 vous pourrez gérer votre départ vous même, comme un vrai pilote…

Les premières épreuves seront obligatoirement du rallye, puisque pour vous essayer à 3 autres disciplines (Land Rush, Rally Cross et Rally Classic), un certain nombre de victoires seront à obtenir pour accéder au prochain permis. Rassurez-vous, les spéciales sont sympa, mais à part 2/3 virages difficiles, elles ne vous poseront pas de problèmes pour jouer avec d’autres joujoux motorisés. Par contre, plus vous allez monter dans les catégories, plus les spéciales demanderont de l’habileté et la concentration.

Attention, tôle froissée !

Encore une fois, un jeu de la franchise Dirt typé arcade inclut des disciplines plus musclées que le rallye. Moins précises en termes de conduite, moins longues, mais tout aussi rapides. Le type de véhicule utilisé peut également être différent. Par exemple en Land Rush, vous courez sur des circuits quasiment similaires à ceux de motocross mais avec moins de bosses et vous conduisez des BAJA. N’hésitez pas à modifier la difficulté pour que les sensations de jeu soient bien ressenties en course. Trop facile et vous ferez la course seul en tête ou trop difficile et vous serez bon dernier.

En Rally Cross vous aurez des circuits drastiquement courts pouvant mélanger plusieurs surfaces différentes pour déstabiliser un peu votre conduite. Un tour joker doit obligatoirement être effectué sous peine d’être disqualifié, ce qui rajoute un peu de stratégie puisque qu’un tour joker peur vous faire gagner ou perdre la course. En vrai, chaque pilote à un spotter qui épaule le pilote en lui disant quand faire son tour joker en fonction du classement de la course et des tours joker des autres pilotes. Encore une fois, n’oubliez pas d’adapter la difficulté pour prendre un vrai plaisir de jeu.

Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige…

Voici la partie qui m’a le plus étonné. La partie graphique. D’habitude Codemasters nous offre des jeux de voitures fun, avec de beaux effets sonores et assez jolis. Avec Dirt 4, dès le premier coup d’oeil il manquait quelque chose. Graphiquement c’est en dessous de ce que proposent les consoles de génération actuelle. C’est presque terne, triste. Le fun en prend donc un sacré coup.

Mais les dévs n’ont pas oublié ce qui plaît au joueur exigeant de courses automobiles. Les différences climatiques au cours des spéciales sont un vrai bonheur. Là où Dirt Rally est orienté simulation et Dirt 4 orienté arcade, rouler à tombeaux ouverts dans la brume uniquement guidé par votre copilote est toujours aussi jouissif. Alors il y a quelques effets qui sont sympa, comme l’effet de chaleur sur les circuits de Land Rush, la poussière soulevée après le passage de la voiture. Mais clairement en termes de technique le jeu n’est pas à la hauteur. C’est sans hésiter à mettre en lien avec l’annonce de la pleine exploitation de la Xbox One X par le jeu

Tour joker

Un peu de contenu bonus pourra vous aider à allonger la durée de vie du jeu de quelques petites heures. Le mode multijoueur, simple, basique, mais efficace reprend les mécaniques du solo. L’avant course dans l’atelier permet de préparer sa voiture, avoir un briefing du circuit avant de se lancer. Multijoueur oblige, vos concurrents ne se soucieront pas du tout de vous envoyer dans le décor, ne connaissant pas le sens de l’expression « conduite fairplay » même dans un Dirt.

Le mode compétition vous permet de relever de nouveaux défis lors d’épreuves quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles. Ce sont des épreuves proposées par les développeurs de façon à vous surpasser et être toujours plus haut dans le classement. Lorsque j’ai testé ce mode, j’avais le choix entre une épreuve de Pro Tour et des épreuves Community Events. Attention toutefois à posséder ou avoir assez d’argent pour acheter la voiture du défi qui vous intéressera, il ne sera pas accessible sinon. De quoi renouveler le contenu du jeu sans débourser un centime en achetant des DLC…

Let’s Get Dirty ?

S’engager avec l’écurie Codemasters pour Dirt 4 est avant tout intéressant si vous aimez les jeux de course auto arcade. Si vous aimez jouer avec un peu de sensations sans vous prendre la tête, mais sans pour autant renier à de la difficulté, le jeu est fait pour vous. Cependant pour ce qui est de la diversité et de la durée de vie, oubliez ce que vous ce que vous aviez connu avec les précédents Dirt. Ce n’est pas dérisoire, mais les développeurs nous ont proposé bien plus auparavant. Heureusement que le plaisir de jeu est toujours présent avec quelques idées et fonctionnalités récupérées auprès de la franchise voisine, Grid, voir même à Forza Horizon 3.

Télécharger Dirt 4 sur Xbox One

Pour résumer en quelques mots, Dirt 4 reste dans la lignée de la franchise. Il sera réservé aux fans des jeux de rallye typés arcade et de la franchise Dirt.

Les Plus de Dirt 4 : Les Moins de Dirt 4 :
  • Gérez votre écurie entièrement
  • Les sensations propres à Codemasters
  • Améliorations des véhicules
  • Début du jeu obligatoirement en rally
  • Durée de vie plus courte que les précédents opus
  • Trop peu de diversité des disciplines
  • Musique qui ne sert pas à grand chose

 

Tags

VinceTheVice

Fervent défenseur des jeux vidéo en plus d'être un réel passionné depuis plusieurs dizaines d'années. Sans être un "ménestrel", Vince partage singullièrement ses passions grâce à internet en tant que rédacteur sur XboxPlace.fr… Il publie aussi depuis 2009 des vidéos consacrées aux testx jeux vidéo et matériels sur Dailmymotion et Youtube. Autres pseudo : VinceTheVice, Bebette_Show. Gamertag : Mr VinceTheVice.

Articles en relation

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  VinceTheVice, il y a 1 an.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Close

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer