SpotlightXbox PlaceXP Edito

XP Edito – Mais où sont les femmes dans l’esport ? 🤔🎮

En voilà une question intéressante et pertinente alors que l’esport monte en puissance à travers le monde entier, grâce à des structures de plus en plus professionnelles et organisées. En effet, où se trouvent les femmes dans cet univers impitoyables que les grandes marques s’arrachent ?

Avant de se lancer tête baissée dans le sujet, commençons par quelques définitions :

  • Le sport électronique (en anglais : esport ou e-sport, voire eSport, pour « electronic sport ») désigne la pratique sur Internet ou en LAN-party d’un jeu vidéo seul ou en équipe, par le biais d’un ordinateur ou d’une console de jeux vidéo. (Source : Wikipédia)
  • E-sport est un anglicisme qui désigne la pratique d’un jeu vidéo dédié à un sport. L’e-sport peut se dérouler sur Internet ou en LAN-Party. Le e-sport peut se pratiquer en compétition de manière professionnelle. (Source : L’internaute)

Vous pouvez également retrouver la définition de l’association France-esports.org : https://www.france-esports.org/esports-definition-et-orthographe/.

Comme vous l’aurez sûrement remarqué, il existe plusieurs orthographes pour ce terme anglais qui désigne donc la pratique d’un jeu vidéo impliquant la mise en compétition avec d’autres joueurs en ligne ou hors ligne dans le cadre d’une LAN, dans un cadre professionnel ou personnel. Afin de briller en société auprès de vos amis, la bonne orthographe est : esport. Si vous vous trompez, vous risqueriez de passer pour un vrai noob (un néophyte).

Un peu d’histoire avant d’entrer dans le vif du sujet

Si vous avez pratiqué un tant soit peu les jeux vidéo en ligne ou à la maison, vous avez connu l’esprit de compétitivité qui pouvait naître entre copains. Oui, même les parties sur Mario Kart ou Tetris sont compétitives. Quand on y repense, l’esport n’est pas vraiment une nouvelle discipline. Elle existe depuis bien plus longtemps notamment grâce à la création des LAN-Party. Disons que l’arrivée de l’Internet et des nouveaux devices ont donné un nom et un nouveau souffle à cette réunion de « geeks ».

Eh oui à l’époque, les personnes qui se rendaient aux LAN-Party ou qui jouaient juste aux jeux vidéo étaient très mal perçues par les autres communautés. Vous savez le cliché du joueur obèse, avec des lunettes, boutonneux et qui ne sort jamais de sa chambre ? L’arrivée de l’Internet et notamment de l’Internet mobile ont permis de démocratiser le jeu vidéo et de redorer l’image du gamer de manière générale.

Internet est devenu un véritable terrain de jeu pour le gamer. Avez-vous remarqué le changement de sémantique ? En 2019, on ne parle plus de « geek » mais de « gamer », une véritable révolution pour les adeptes des jeux vidéo et cela peu importe sa catégorie.

L’avènement des réseaux sociaux et notamment des plateformes de partage de contenus ont également aidé à améliorer l’image du gamer. Les gamers sortent enfin de leur tanière et se mettent sous les feux des projecteurs grâce aux plateformes comme Twitch, YouTube ou Mixer.

Quand on y repense si ces plateformes n’avaient pas existé, l’esport n’existerait pas. En effet, c’est grâce aux contenus créés par les gamers sur leurs jeux vidéo préférés qu’ils se sont fait repérés par des structures qui ont senti le bon filon. Il suffit juste de regarder la puissance de leurs media en termes d’audience et de portée : des millions de spectateurs en cumulé.

Il devient tout à fait normal que des entreprises spécialisées dans le divertissement investissent dans cette nouvelle catégorie sportive. Au-delà des entreprises (type régie et gestionnaire de talents), nous avons pu voir également monter en puissance des associations en organisations mondialement reconnues, pour n’en citer qu’une seule : GG ESWC (leader mondial dans l’organisation et la gestion des compétitions esport).

Tout un business a été créé autour de l’esport : agence de talents, équipes officielles, merchandising, des écoles et des formations pour les métiers liés à l’esport, programme de sponsoring… Et tout cela brasse des millions d’argent à travers le monde.

Aujourd’hui, un joueur esport peut vivre de sa passion, celle de jouer aux jeux vidéo. C’est quand même stylé non ?

Où sont les femmes ? 🎵🎶

Comme vous l’aurez deviné, la communauté de spectateurs ou de gamers tout court est composé à 77% d’hommes (source : Etude PayPal 2017). Et cela se reflète également dans l’esport professionnel : joueurs, casters et présentateurs.

En vrai la question que l’on se pose c’est : où sont les femmes dans l’esport ? Quels rôles possèdent-elles dans ce milieu masculin ? Pour connaître plus ou moins de près le milieu de l’esport, une partie des équipes support est tenue par des femmes : community manager, social media manager, responsable/directrice de la communication, analyste, manager ou présentatrice.

Mais où sont les joueuses professionnelles ? Malgré des tentatives de lancement de championnat de League of Legends féminines en 2018, en avez-vous entendu parler ? Pas vraiment, n’est-ce pas ? C’est normal ça a été un véritable flop ! Et cela les investisseurs l’ont vite compris et ont déjà lâché l’affaire. Car le ROI (retour sur investissement, c’est-à-dire la rentabilité d’un investissement financier dans un projet) de ce championnat n’était pas satisfaisant !

Cela mène donc à une toute autre réflexion, l’esport est-ce avant tout la passion du jeu vidéo ou un moyen de générer des revenus ? Au final quand on regarde de plus près, les compétitions esport masculines génèrent des revenues importants grâce la mise en vente des tickets, de la publicité en ligne (Twitch), du merchandising et des sponsorings en masse des marques.

Alors oui c’est assez énervant de voir que les gameuses professionnelles n’arrivent pas à percer en esport malgré la montée en puissance des streameuses (heureusement qu’elles sont là et qu’elles ne tirent pas avantage de leurs atouts féminins pour réussir, énormes pensées pour @mythiXTrinity et @Deujna).

Cela ne fait que véhiculer un message négatif autour de la place des femmes dans le jeu vidéo. En effet, le cliché principal est que la femme ne joue pas aux jeux vidéo car c’est un truc d’homme. Combien de femmes ont été persécutées sur les jeux vidéo en ligne ? Une streameuse américaine l’a bien démontré à travers les clips de ses parties sur Rainbow Six Siege où elle montre qu’à partir du moment les joueurs savent qu’il y a une femme dans la partie, ça part en insultes et harcèlement.

C’est triste de constater que les communautés gaming de manière générale restent archaïque et sexiste à notre époque où la société prône l’égalité des sexes dans tous les domaines d’activité. Il y a encore beaucoup de chemins à traverser avant qu’une league féminine officielle soit véritablement lancée à l’image de la Coupe du Monde de Football féminine…

Au lieu de créer une compétition dédiée aux joueuses pro, pourquoi n’est-il pas possible d’intégrer des femmes dans les équipes existantes pour ouvrir les portes à la mixité dans le gaming et notamment dans l’esport ? C’est une vraie question, contrairement aux activités sportives, les compétences utilisées pour l’esport sont équivalentes chez un homme et une femme. La différence ne se juge pas sur les compétences physiques mais le « skill » in game ! Homme ou femme, pas vraiment de différence ! A méditer…

Articles en relation

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  JudeCarotte, il y a 2 mois et 3 semaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Close

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer